Artiste féminine de l'année

Publié le par PieRRe

ma première chronique de disque...


Rose, Rose, 2006


         Je ne suis pas un grand fan d'artistes féminines, et encore moins d'artiste féminine française. Sûrement parce que dans ce domaine, on a plus été approvisionné en serveuse de soupe qu'en réelle song-writer ou musicienne. Dans mes références, figuraient jusqu'à peu deux artistes qu'écoutaient déjà mes parents : Véronique Sanson et Barbara. Et du côté de la jeune génération, pas grand chose. Ce n'est pas que je déteste Jeanne Chérhal, par exemple, mais ne n'accroche pas à la voix.

Pas de référence, donc, jusqu'à peu, et Rose.

 

Avant, Rose était professeur des écoles. Et puis elle s'est faite larguée. Elle a donc décidé, au lieu de se morfondre dans le bourbon, la vodka et la cigarette, d'écrire des chansons. D'où cet album.

 

Petit coup d'oeil à la pochette, pour commencer. Niveau crédits, ça commence bien : Denis Benaroch, Gérard Bikialo, Sébastien Chouard, et Christian Martinez. Soit la moitié du line-up de Cabrel , et des habitués de Renaud, Goldman et De Palmas. Et la cerise sur le ghetto : Jean-Jacques Milteau, sommité française voire mondiale de l'harmonica sans bretelle.

 

Musicalement, l'album est réussi. Rose se cherche, à la limite du folk, et de la chanson. Mais pas de variétoche lourdaude (ou presque). Point, donc, de nappes de synthé. Mais la guitare acoustique à la base de tous les morceaux, pratiquement. Et puis les musiciens pré-cités ne sont pas là pour décorer. En attestent les complaintes de l'harmonica de Milteau (Saisons), et les relents jazzy (je m'ennuie). Rose a donc réussi a créer sa propre couleur musicale, et inédite, qui plus est. Et sa voix, cassée (hommage à Janis Joplin, dont elle est fan?), parfois à la limite de la fausseté, se marrient parfaitement aux arrangements de l'album.

 

Mais surtout, les chansons de Rose me parlent. Enfin. Parlent de moi plutôt. Comme je le disais plus haut, elle a commencé à écrire après une rupture. Son album parle donc de douleurs. En fait non. Pas vraiment de la douleur. Plutôt de la déception. Et l'attente, et les espoirs déçus qui en découlent. Elle chante aussi l'alcool, la vie qui dérape, et la mémoire qui torture. Gai, n'est ce pas?

Malgré ça, elle réussit une des plus belles déclarations que l'on puisse faire (La Liste).

 

Finalement, ce premier album est un album réussi. Des arrangements nickels, et des textes valables, tout ce que j'attends d'un artiste français.

 

Pour résumer :

 

Saisons

Je m'ennuie

La liste

 

 

Publié dans Ma MuZik A Moi

Commenter cet article

Thom 29/07/2008 13:38

J'aime bien la pochette :-)

Le reste ? Ah j'en sais rien, j'ai éteint au bout de deux titres, trop chiant ;-)

PieRRe 29/07/2008 13:43


hehe. c'est sans doute tout le probleme de la "chanson française à texte". Si les mots ne touchent pas, ca doit être difficile d'apprécier. Tout le probleme du ressenti, deja soulevé par GT
:-)


zaph 29/07/2008 10:02

Je ne connais pas. Ca a l'air très tentant (déjà la photo est tentante ; même que c'est rassurant de penser que ce genre de personne peut aussi se faire larguer ;-)
J'écouterai plus tard (maintenant, je suis au boulot).

arbobo 25/07/2008 12:44

chanteuse française, tout ce que je n'écoutais pas non plus ^^

mais à grand coup de Pauline Croze, Valérie Leulliot, Barbara Carlotti, Daphné (ah daphné!)voire Berry, je grouve qu'on est très bien servis en ce moment :-)

et encore je laisse de côté les rockeuses ^^

PieRRe 25/07/2008 13:28


j'ai vu daphné en concert, pdt Paris-plage l'année dernière, et j'avais pas trop aimé. Pour les autres, je connais seulement de nom. faudrait que je me penche dessus.