du Vide à l'Inconnu... I : questionnement

Publié le par PieRRe


        Enfin. Enfin le Vide se résorbe. Après cinq mois d'ennui, d'errements, de doutes et de questionnement, la quête s'achève. Je commence à travailler lundi prochain. Direction la banlieue parisienne pour le boulot, et Paris pour l'appart'. Et à propos d'appart, c'est en commençant à chercher que l'on se dit que être jeune, ça doit être une malédiction. Déjà, trouver un taf n'est pas évident : « Il vous manque l'expérience » disent les recruteurs. Bah oui normal, je suis jeune diplômé. Et puis une fois que le travail est acquis, il faut se mettre à la recherche d'un toit. Dans ce domaine là non plus, le jeune n'est pas très apprécié. Le jeune ça fait du bruit, ça paie pas et ça pouille les apparts'. Et puis sans une centurie de garants, n'espérez pas dégotter autre chose qu'un placard. Car entre les cautions, frais d'agences et autres dépots de garantie, les frais sont énorme. Allez je grommelle, je grommelle, mais pour une fois le moral est bon.

 

Je vais travailler dans un domaine qui me plait, dans une boîte qui me plait, et à un endroit qui me plait. Et comme j'ai l'impression qu'un bonheur n'arrive jamais seul, quelqu'un(e) que je pensais avoir oublié est réapparue miraculeusement du coin où je pensais l'avoir laissé pourrir. La fin de l'éclipse est donc proche, Pyero la Lune remontre le coin de la truffe (??). Et pour clore le tout, la cerise sur le cargot de nuit, un appart' en colloc', avec un de mes grands potes.

 

Alors oui, ça fait bizarre. Le début d'autre chose, ça doit toujours faire bizarre. Et quand c'est un énorme autre chose, encore plus bizarre. Et un énorme truc comme le début de la vraie vie, je ne vous dis pas. C'est parti pour le vrai départ de la maison, avec tout le bazar qui végétait sous la poussière depuis deux décennies. C'est parti pour un vrai appart que c'est toi qui paie. C'est parti pour de vraies responsabilités, un vrai travail et une vraie paie. C'est marrant, parce que finalement quand on rentre à l'école (celle de quand on est petit), c'est finalement pour arriver à ça vingt ans plus tard (heureusement d'ailleurs qu'on s'en doute pas à ce moment là). Et même si plus on avance, plus on sent ce moment arriver, ça fait quand même bizarre quand il est enfin là. Parce que commencer la vrai vie, c'est finalement devenir vraiment adulte, sur le papier tout du moins. Et ce qui dans un sens est assez flippant, c'est que la vie d'adulte n'est pas bornée. On sait quand elle commence, mais elle ne finit pas, alors que tout ce qu'on a vécut avant était borné : la prépa, 2 ans, l'école, 3 ans, le stage, 6 mois. Devenir adulte, c'est entrer dans l'Inconnu. Alors certes, cet Inconnu a de bons côtés : une certaine aisance matérielle, l'impression de servir enfin à quelque chose, l'émancipation des parents etc. Mais quand même, l'Inconnu, ça fait peur. Et une partie de moi aurait quand même tendance à regretter la déchéante vie estudiantine : ne pas se lever aux aurores tous les matins, vivre à l'arrache, ne rien foutre et profiter. Mais cela dit, les week-ends n'ont pas encore été supprimés, il reste donc de l'espoir.

 

Pour finir cette chronique sur une note positive, récapitulons : un taf, un appart' bientôt, et un pote avec qui habiter. Il ne manquerait plus qu'une copine pour que le tableau soit parfait...

 

 

 

EDIT : la cerise sur le cargot va peut-être devoir être annulée, pour cause de mutation du colloc en basse-Bretagne... Et merde!

Publié dans Moi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lilith 20/02/2008 08:07

bon, j'te l'dis tout de suite, bosser, c'est chiant... mais d'un autre côté, quand tu bosses depuis longtemps, tu peux recommencer à pas te lever tous les matins, vivre à l'arrache, rien foutre et profiter... c'est juste 5 petites années à passer...

l'hystérique 18/02/2008 07:06

Ca se passe bien ce nouveau boulot ?

l'hystérique 13/02/2008 20:00

hey mais c'est génial tout ça !!! Qu'est ce que t'as fais, tu t'es acheté un fer à cheval pour avoir un gros coup de chance comme ça ? Ca consiste en quoi ce nouveau boulot ? (je sais je suis curieuse mais on se refait pas hein ?!)Neil Young, c'est un bon, il a été concurrent à Dylan pendant une période, c'est ce que je suis en train de lire dans une biographie. D'ailleurs quand j'aurai un eu de temps je vais passer sur ta discographie comme tu me l'as conseillé histoire d'élargir mes références...