Du Chafouinissme De La Politique

Publié le par PieRRe

        Tout le monde se souvient s'en doute de la grève de la SNCF d'il y a une semaine. Ces grèves ont été provoquées par la volonté de M. Sarkozy et de son gouvernement de réformer les régimes spéciaux. "Réformer" est même un bien faible mot car il semblait que la volonté évidente de nos gouvernants était de supprimer ces régimes . Ceci afin de rétablir l'égalité entre tous les braves salariés de notre cher pays, et de satisfaire la majorité de la population (on notera au passage cette tendance vraiment tenace à faire dresser le plus grand nombre contre la minorité). 
Pendant et après la grève, ils n'ont pas cessé de marteler que la réforme iraait jusqu'au bout, et qu'il n'y aurait plus de régimes spéciaux. Foin de tout cela, puisque il s'avère en fait que les cheminots vont conserver un régime spécial ( arretsurimages.net/post/2007/10/22/Regime-special-qui-dit-pas-son-nom et www.lesechos.fr/info/france/4638466.htm ).  En bref, au lieu de partir à 50 ans ou avec 37.5 ans  de cotisations, les cheminots (personnels roulants)  pourraient partir à 55 ans en cotisant 40,  grâce a quelques manipulations de primes et de congé (non il ne faudra pas commencer à 15 ans!).
Ce qui est intéressant, c'est la désinformation que révèlent ces informations. D'une part les gouvernants qui continuent de clamer la mort des régimes spéciaux alors qu'en fait ils vont perdurer: il faut bien garder la confiance des électeurs, déjà que les sondages baissent. Alors quitte à faire une légère entorse à la vérité, on professe ce qu'ils veulent (les électeurs) entendre. Et puis taper sur les cheminots c'est pratique, on ne parle pas des sujets qui fâchent: sans-papiers expulsés, radars utilisés comme des manches, projet de loi avorté (voir le bordel à l'assemblée hier).
Et d'autre part, les syndicats, qui parlent déja d'un nouveau mouvement de grève. A leur place, je serais plus ou moins satisfait: être passé tout prêt de la fin et conserver un régime spécial.
Une nouvelle grève, pourquoi pas, mais alors pour un vrai motif: la défense du service public des transports par exemple. Protestez contre la fermeture des gares, la réduction des effectifs, en plus ça plaira aux gens. Vous pourrez en plus être rejoints par les personnels des hopitaux, de l'éducation nationale, de la Poste, qui ne sont pas à la fête en ce moment.

Pour finir, messieurs les politiques et les syndicalistes, arrêtez de jouer les kékés, qu'on puisse parler de choses sérieuses de temps en temps.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NoBuR 31/10/2007 15:11

ce qui me choque c'est certaines de tes analyses :
"Ces grèves ont été provoquées par la volonté de M. Sarkozy" je ne crois pas, tu raisonne à l'envers

"on notera au passage cette tendance vraiment tenace à faire dresser le plus grand nombre contre la minorité" il est peut etre normal que lorsque la majorité se sente lesée elle est plus de poids que la minorité, n'y voir que la volonté du gouvernement de séduire la majorité n'est pas faux, mais beaucoup trop restrictif. Je ne dit pas que la loi est bonne dans son exact propos, mais la discussion sur le sujet est louable.

"D'une part les gouvernants qui continuent de clamer la mort des régimes spéciaux alors qu'en fait ils vont perdurer: il faut bien garder la confiance des électeurs, déjà que les sondages baissent" le sauveur du peuple imbécile qui ne comprend rien a encore frappé. Merci pierre de nous eclairer. Tu imagine manipulation là ou il y a simplement politique.

"Alors quitte à faire une légère entorse à la vérité, on professe ce qu'ils veulent (les électeurs) entendre" il ne faut pas voir démagogie là ou c'est l'électeur qui entend ce qu'il veut. La preuve toi tu entend autrement. Encore une fois tu considère "le français" qui est une entité inexistante dans laquelle tu (et les politiques) tente de nous placer, ce qui te pousse à raisonner à l'envers.

"Et puis taper sur les cheminots c'est pratique, on ne parle pas des sujets qui fâchent: sans-papiers expulsés, radars utilisés comme des manches, projet de loi avorté (voir le bordel à l'assemblée hier)." Comment est tu au courant si on en parle pas ? La personne qui s'interresse à la politique le sait et s'insurge aussi contre ça. Ta phrase est inutile car soit on est au courant, auquel cas on pousse plus loin la reflexion sur notre gouvernement, soit on ne sait pas parce qu'on s'en fout. Encore une tentative d'apporter l'image du "français", une tortue sur le dos qui attend qu'on la nourrisse. C'est faux ! Elevons l'analyse à une rigueur politique puisque c'est le sujet !

" Pour finir, messieurs les politiques et les syndicalistes, arrêtez de jouer les kékés, qu'on puisse parler de choses sérieuses de temps en temps." Ce qui abouti à une conclusion commune ou l'on est d'accord. Sauf que je ne blame pas les politiques mais les médias. On peut ensuite aborder la question de qui controle qui. Pourquoi les médias servent-ils des sujets aussi bidon ? Pourquoi les politiques n'arrive ou ne veulent pas se faire entendre sur les vrais sujet ? Donc oui à l'information de cette article, non à son analyse !

NoBuR 31/10/2007 15:08

ce qui me choque c'est certaines de tes analyses :
"Ces grèves ont été provoquées par la volonté de M. Sarkozy" je ne crois pas, tu raisonne à l'envers

"on notera au passage cette tendance vraiment tenace à faire dresser le plus grand nombre contre la minorité" il est peut etre normal que lorsque la majorité se sente lesée elle est plus de poids que la minorité, n'y voir que la volonté du gouvernement de séduire la majorité n'est pas faux, mais beaucoup trop restrictif. Je ne dit pas que la loi est bonne dans son exact propos, mais la discussion sur le sujet est louable.

"D'une part les gouvernants qui continuent de clamer la mort des régimes spéciaux alors qu'en fait ils vont perdurer: il faut bien garder la confiance des électeurs, déjà que les sondages baissent" le sauveur du peuple imbécile qui ne comprend rien a encore frappé. Merci pierre de nous eclairer. Tu imagine manipulation là ou il y a simplement politique.

"Alors quitte à faire une légère entorse à la vérité, on professe ce qu'ils veulent (les électeurs) entendre" il ne faut pas voir démagogie là ou c'est l'électeur qui entend ce qu'il veut. La preuve toi tu entend autrement. Encore une fois tu considère "le français" qui est une entité inexistante dans laquelle tu (et les politiques) tente de nous placer, ce qui te pousse à raisonner à l'envers.

"Et puis taper sur les cheminots c'est pratique, on ne parle pas des sujets qui fâchent: sans-papiers expulsés, radars utilisés comme des manches, projet de loi avorté (voir le bordel à l'assemblée hier)." Comment est tu au courant si on en parle pas ? La personne qui s'interresse à la politique le sait et s'insurge aussi contre ça. Ta phrase est inutile car soit on est au courant, auquel cas on pousse plus loin la reflexion sur notre gouvernement, soit on ne sait pas parce qu'on s'en fout. Encore une tentative d'apporter l'image du "français", une tortue sur le dos qui attend qu'on la nourrisse. C'est faux ! Elevons l'analyse à une rigueur politique puisque c'est le sujet !

" Pour finir, messieurs les politiques et les syndicalistes, arrêtez de jouer les kékés, qu'on puisse parler de choses sérieuses de temps en temps." Ce qui abouti à une conclusion commune ou l'on est d'accord. Sauf que je ne blame pas les politiques mais les médias. On peut ensuite aborder la question de qui controle qui. Pourquoi les médias servent-ils des sujets aussi bidon ? Pourquoi les politiques n'arrive ou ne veulent pas se faire entendre sur les vrais sujet ? Donc oui à l'information de cette article, non à son analyse !

NoBuR 31/10/2007 12:13

Je ne suis pas du tout d'accord avec toi dans tes analyses cause-conséquence. Mais l'information est juste et la cause louable.

PieRRe 31/10/2007 12:48

Tu analyserais ça comment toi plutôt?